Articles et potins

Un migrant vendu avoue: Les Arabes traitent les animaux mieux que les hommes noirs


publié le :27/11/2017
Les survivants des ventes aux enchères d’esclaves en Libye ont décrit un «enfer total» qu’ils ne souhaiteraient pas sur leur «pire ennemi» alors que l’indignation mondiale se répand sur des images montrant des migrants vendus dans ce pays déchiré par la guerre. Nous étions des esclaves, a déclaré Moussa Sanogo, un migrant qui est rentré de Côte d’Ivoire en Libye cette semaine après avoir survécu aux passages à tabac réguliers et au travail forcé dans les champs. Pour les Arabes (geôliers libyens), les hommes à la peau noire ne sont rien d’autre que des animaux – les animaux ont été mieux traités, a déclaré Sanogo, qui a passé plus de quatre mois en Libye à tenter de rejoindre l’Italie par bateau.Le pays d’Afrique du Nord a longtemps été un centre de transit important pour les migrants qui tentaient d’atteindre l’Europe. Il était juste un de ceux qui sont rentrés chez eux avec des reportages similaires à ceux diffusés la semaine dernière par le réseau de télévision américain CNN, qui a montré une vente aux enchères d’esclaves où des hommes noirs ont été présentés à des acheteurs nord-africains. 340 euros). C’était un enfer total en Libye, a déclaré Maxime Ndong, l’un des 250 migrants rapatriés mardi soir au Cameroun.Il y a un commerce de noirs ici, des gens qui veulent des esclaves viennent les acheter, a-t-il déclaré à l’AFP. Si vous résistez, ils tirent sur vous, il y a eu des morts, a déclaré Ndong, qui a passé huit mois en Libye. Les Camerounais sont rentrés à Yaoundé mardi à bord d’un avion de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans le cadre d’un projet de retour et de réintégration de quelque 850 personnes. Vendu par la police Sanogo, 22 ans, était l’un des quelque 600 migrants de Côte d’Ivoire qui revenaient de Libye avec le soutien de l’OIM. Environ 150 personnes ont atterri dans la capitale Abidjan lundi avec le reste à ramener à la maison pendant la semaine. Sanogo a décrit la Libye comme un pays anarchique exploité par des bandits où les forces de l’ordre étaient impliquées dans la traite des êtres humains. A un moment donné, nous avons été surpris par des gens qui disaient être des policiers, a-t-il dit. La police m’a alors vendu 500 dinars (310 euros, 365 dollars) à un homme qui m’a fait travailler dans un champ de tomates pendant un mois. Sanogo a fui à travers le désert jusqu’au Niger où il a été de nouveau emprisonné avant de finalement fuir en Tunisie. Puis un passeur de personnes promettant un chemin vers l’Europe l’a convaincu de retourner en Libye. – Prix que vous aimez la marchandise – «Nous avons été capturés et enfermés dans une petite pièce avec 60 autres personnes», et n’ont pas pu se laver, a-t-il dit. Quand les Arabes sont entrés, ils portaient des masques à cause de l’odeur, dit-il en secouant la tête à ce souvenir. «Ils t’achètent, tu es là, tu as été arrêté, tu vois qu’ils jugent ton prix comme une marchandise, ils t’ont acheté et tu vas travailler comme un esclave», a-t-il dit. «Ils te frappent tout le temps – surtout si tu es gros comme moi – jusqu’à ce que le sang coule, avec des bâtons, du métal, la crosse d’un fusil. «Pour la nourriture, on vous donne un morceau de pain et un morceau de fromage, c’est tout … Je suis content d’être de retour», a-t-il dit. Je ne le souhaiterais pas à mon ennemi. Humiliation pour l’Afrique – Un autre migrant, Seydou Sanogo d’Abidjan, a déclaré: «Il faudrait voir ce que nous avons vécu pour le croire». Mais tout le monde ne voulait pas quitter la Libye. Une femme avec un bébé de 18 mois a dit qu’elle ne voulait pas retourner en Côte d’Ivoire. «Nous attendions le bateau, nous y étions presque», dit la femme, qui n’a pas donné son nom. Les images des ventes aux enchères d’esclaves ont déclenché un tollé dans toute l’Afrique, amenant à la conscience publique une situation qui a déjà été condamnée par de nombreux groupes non gouvernementaux et observateurs. Les stars de la musique et du football ont exprimé leur indignation face aux révélations, notamment les chanteurs de reggae ivoiriens Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly, ainsi que le footballeur Didier Drogba. C’est une double indignation, un cri du cœur: je suis choqué de voir mourir les enfants d’Afrique … essayant de trouver un meilleur lendemain, a déclaré A’Salfo, chanteur du groupe Magic System. Une humiliation pour l’Afrique. Les Nations Unies ont déclaré que les enchères sur l’esclavage devraient faire l’objet d’une enquête en tant que crimes contre l’humanité, et la question sera à l’ordre du jour du sommet UE-Union africaine des 29 et 30 novembre à Abidjan.


Laisser un commentaire


VIDEOMUSIK


Videos
Musik
Show
Interview
Reportages
Mobiles

Copyright (c) 2012
by 62666684367 ...

BLOG


Artistes
Photos
Articles
Contacts
Livre d'or

PARTENAIRES


Beauty Addict
Promokado
The Collector Magz'ine
DIRECTSHOW

PLAN DU SITE


Flux rss

Email us


spotboxlive@gmail.com