Articles et potins

mon époux m’oblige à coucher avec ses petits du quartier


publié le :31/12/2016
Cette histoire semble être un rêve. Elle témoigne, à coup sûr, d’un réel désir de mon homme. Bien que s’étant déroulé dans un passé très récent, l’origine de cet évènement prend sa source il y a quelques années de cela. Mon compagnon et moi sommes un couple comme beaucoup de couples, marié avec trois magnifiques enfants aujourd’hui majeurs et ayant quitté le domicile familial. Dans la ville où nous résidons, mon époux est un homme influent. Son statut d’homme d’affaires l’amène à beaucoup voyager. Pendant ses différents voyages, lorsque je me sens seule, je passe mes soirées sur internet à cause de la carence des programmes «télé» de notre pays. En dehors de cela, j’ai aussi pris la bonne habitude d’aller me mettre au lit pour lire quelques pages des livres préférés de mon époux qu’il range précieusement dans la bibliothèque de son bureau. Ce sont des livres pour certains très osés. Chaque fois qu’il revenait d’un de ses nombreux périples, mon homme me ramenait un collant et des habits sexys qu’il me demandait d’enfiler avant d’aller au lit. Toujours dans ses délires nocturnes, il achetait des godemichets de bonne taille, ainsi que des lubrifiants. Quelques mois plus tard, il avait élargi sa collection à une bonne dizaine de sex-toys allant d’un diamètre de 5 à 8 cm et d’une longueur pouvant aller de 25 à 35 cm. mon époux me faisait découvrir ces nouveaux objets. Il faisait intervenir les godemichets lors de nos différents ébats. Pendant qu’il me faisait l’amour avec ses objets, il attribuait à chacun un nom propre avec des traits individuels traits distinctifs. Comme si j’avais affaire à de réelles personnes. Ce qui m’intriquait le plus, c’est que je connaissais les personnes qui portaient tous les trois noms que citait mon époux. En réalité, c’était ses «petits du quartier» qu’il aimait envoyer faire ses différentes courses et qui étaient toujours à ses côtés. Il faut admettre que je prenais mon pied. De fil en aiguille, cela devenait mon obsession les soirs. Dans un souci de ne pas décevoir mon homme, il m’arrivait quelques rares fois de l’encourager sans pour autant forcer les choses. Lorsque je lui demandais pourquoi il faisait toutes ces choses, il m’expliquait simplement qu’après plusieurs années passées ensemble, il fallait casser la routine qui s’installe à la longue dans un couple. J’ignorais que mon homme était en train de me préparer psychologiquement à une autre chose. Son objectif était de réaliser son fantasme et accroître son désir d’excitation. Tous ces événements, nous les avons vécus pendant 3 ans. Puis, un soir, mon homme est rentré de voyage après 6 semaines passées à l’extérieur. Après avoir pris un bon bain chaud, il me demanda de lui préparer son thé comme à l’accoutumée. Pendant qu’il prenait son thé, mon époux avait l’esprit ailleurs. Il était très tendu. Après une bonne quinzaine de minutes, il me demanda de le suivre dans la chambre. Je me dis alors que c’était pour me faire l’amour. A notre arrivée, il me montrait par la fenêtre de la chambre mathurin, l’un de ses «petits du quartier». Celui-ci était arrêté auprès de la voiture de mon époux, attendant certainement un mot d’ordre. Mon mari lui fit signe de monter nous rejoindre. Au début, j’avais du mal à comprendre le scénario qui se déroulait sous mes yeux. Ensuite, il me demanda de m’asseoir près de lui, sur le lit. Il me tint par les hanches et me dit, presque dans un murmure : «J’aimerais bien que tu couches avec mathurin et ses compagnons ici, en ma présence». J’ai cru avoir mal compris ce que mon époux me demandait. hein ! m’exclamai-je. Il tentait de me rassurer, puis de me convaincre. mais mon refus était catégorique. Ce qui me choquait le plus, c’est l’âge de ses gamins avec qui je devais aller. Entre refus et intimidation, mon mari m’intima cette fois l’ordre d’obéir à ce qu’il exigeait de moi. Les 3 jeunes, tous dans la fleur de l’âge, pénétraient aussitôt dans notre chambre à coucher. Tout avait déjà été planifié par mon sadique de mari à mon insu. Le premier à s’approcher de moi était mathurin. Un jeune homme dont je connaissais même le père. Il posa son index sur ma bouche pour m’interdire de broncher et me dit subrepticement : -Regarde ton homme. Il ne se plaint pas. Quel culot pour un gamin que je pouvais enfanter ! Avant que je ne puisse répondre, il me fit un petit bisou sur la joue et me chuchota quelque chose à l’oreille que j’ai eue du mal à entendre. Le second s’approchait à son tour, puis posait sa main sur ma cuisse droite pour la caresser de façon suggestive. Ce dernier, je me rappelle l’avoir une fois envoyé me faire un transfert de crédit au coin de la rue. Quelle honte ! Pour être sincère, chères lectrices et chers lecteurs, j’avais du mal à marquer une ferme opposition à ce qui se passait. J’avoue que je ressentais un grand bien. Mon homme était, quant à lui, tout seul accroupi dans un coin de la chambre. Il ne me quittait pas du regard. C’est à croire qu’il prenait plus de plaisir à deviner mon émotion, voire mon excitation. Ces «petits du quartier» n’avaient aucune pitié. En plus d’être bien montés, ils me pilonnaient comme ce n’est pas permis. Mon homme, lui, se déplaçait autour du lit pour mesurer l’expression de mon visage. Me concernant, mes yeux étaient révulsés. Je ne voyais presque plus et je n’entendais rien. Mes râles remplissaient la pièce toute entière à la grande joie de mon homme qui semblait être en extase. Comme j’étais de dos, une main inconnue se posa sur mon épaule. C’était le troisième petit de mon homme. J’étais entre dégoût et dépit, je ne sais quoi encore. J’avais la tête posée sur le lit, admirant mon homme tout en me faisant pilonner par ce petit dont les va-et-vient m’amenaient à mouiller de plus bel. Depuis lors, cette expérience a beaucoup bouleversé notre façon de vivre. Mon époux en redemande toujours encore plus avec de nouvelles personnes. Et, lorsque je m’y oppose, notre ménage prend un coup. Il devient de plus en plus exigeant et m’oblige à me soumettre à certaines pratiques dégradantes. Je ne sais plus où je suis. Aidez- moi à faire comprendre à mon homme que je ne suis pas une adepte de ce genre de pratiques. J’en souffre !


Laisser un commentaire


VIDEOMUSIK


Videos
Musik
Show
Interview
Reportages
Mobiles

Copyright (c) 2012
by 62666684367 ...

BLOG


Artistes
Photos
Articles
Contacts
Livre d'or

PARTENAIRES


Beauty Addict
Promokado
The Collector Magz'ine
DIRECTSHOW

PLAN DU SITE


Flux rss

Email us


spotboxlive@gmail.com