4MIN
©
Image
Image

à 37 ans, elle a donné naissance à 38 enfants. voici comment tout a commencé …

Un rapport déroutant a laissé de nombreuses interrogations après qu’une femme ougandaise qui a donné naissance à 38 enfants ait révélé comment elle avait réussi l’exploit. Dans ce qui pourrait facilement passer pour une autre œuvre de fiction, une Ougandaise âgée de 37 ans à peine s’est inscrite au livre des registres après avoir donné naissance à 38 enfants. Elle aurait commencé à accoucher à l’âge de 13 ans.

Voici le rapport complet selon le site médiatique ougandais Daily Monitor:

Perdu en cours de route, un coureur de boda-boda propose de me conduire chez elle, car ils la connaissent sous son nom unique.
Nalongo Muzaala Bana (la mère jumelle qui produit des quadruples) est ce que Mariam Nabatanzi Babirye passe près de chez elle où elle réside dans le village de Kabimbiri, district de Mukono.

Un quartier surpeuplé avec des enfants qui courent partout m’accueille au domicile de Nabatanzi.

À 37 ans, Nabatanzi a 38 enfants qu’elle a accouchés de la maison, à l’exception du dernier né, qui a quatre mois. Elle a été livrée par césarienne. Parmi ses enfants, il y a six paires de jumeaux, quatre séries de triplés, trois séries de quadruples et des naissances simples. Dix d’entre eux sont des filles et les autres sont des garçons. Le plus vieux a 23 ans et le plus jeune quatre mois.

Impatiente de raconter son histoire, elle prend une minute avant de s’y lancer, inclinant la tête, perdue dans ses pensées. Elle a été mariée à 12 ans après avoir survécu au décès. soi-disant aux mains de sa belle-mère qui, apparemment, pilait du verre et le mélangeait à la nourriture qu’elle avait donnée à Nabatanzi et à ses quatre frères et sœurs. Heureusement, elle était partie contrairement à ses frères et soeurs qui avaient mangé la nourriture et étaient morts sur le coup.

Marié hors
Nabatanzi s’effondre lorsqu’elle se souvient de ce qu’elle a vécu en se mariant. En 1993, elle a été mariée à un homme de 40 ans.

«Je ne savais pas que j’étais en train de se marier. Les gens sont venus à la maison et ont apporté des choses pour mon père. Quand le moment est venu pour eux de partir, je pensais escorter ma tante mais quand je suis arrivé là-bas, elle m’a donné à l’homme. ”

En tant que jeune fille, elle a trouvé le mariage difficile dans la nouvelle famille. «Mon mari était polygame et avait de nombreux enfants issus de ses relations passées dont je devais m’occuper, car leurs mères étaient dispersées. Il était aussi violent et me battait à toute occasion, même lorsque je lui proposais une idée qu’il n’aimait pas », raconte-t-elle.

Fonder une famille
Son beau-père leur a donné un terrain pour fonder leur famille, une famille pour laquelle elle prévoyait avoir six enfants.

En 1994, à l’âge de 13 ans, Nabatanzi a donné naissance à des jumeaux. Deux ans plus tard, elle a donné naissance à des triplés et un an et sept mois plus tard, elle a ajouté un ensemble de quadruplés. Ceci, dit-elle, n’avait rien d’étrange pour elle parce qu’elle l’avait déjà vu auparavant dans sa lignée. «Mon père a donné naissance à 45 enfants de femmes différentes, qui sont toutes venues en quintuplés, quadruples, jumeaux et triplés», dit-elle.

En effet, le Dr Charles Kiggundu, gynécologue à l’hôpital Mulago et président des gynécologues et des obstétriciens, dit qu’il est très possible que Nabatanzi ait pris la suite de son père. «Son cas est une prédisposition génétique à l’hyper-ovulation (libération de plusieurs œufs en un cycle), ce qui augmente considérablement le risque d’en avoir plusieurs. c’est toujours génétique », explique-t-il.

Lors de son sixième accouchement, Nabatanzi avait eu 18 enfants et voulait arrêter, alors elle est allée voir un médecin à l’hôpital Namaliili.
Le problème

Le médecin a dit à Nabatanzi qu’elle ne pouvait pas être arrêtée à ce moment-là car son nombre d’ovaires était élevé, ce qui la tuerait si elle arrêtait.

«L’accumulation de ces œufs non fécondés constitue non seulement une menace pour la destruction du système de reproduction, mais peut également entraîner la perte de la vie de la femme», explique le Dr Ahmed Kikomeko de l’Hôpital général de Kawempe.

«On m’a conseillé de continuer à produire car mettre cela en attente signifierait la mort. J’ai essayé d’utiliser le dispositif inter-utérin (DIU), mais je suis tombé malade et j’ai beaucoup vomi, au point de mourir. Je suis tombée dans le coma pendant un mois », explique-t-elle.

À l’âge de 23 ans et maintenant de 25 enfants, elle est retournée à l’hôpital pour essayer de s’arrêter. “J’ai été enregistré à l’hôpital Mulago et conseillé de continuer à produire car le nombre d’ovaires était encore élevé.”

Pas moyen d’arrêter?
Kiggundu explique que les ovaires des femmes sont parfois supprimés et empêchés d’ovuler. «Les œufs supprimés s’accumulent et sont libérés immédiatement. Ici, plus il y a de chances que de nombreux œufs soient fécondés, plus il y a de chances qu’ils meurent tous, Nabatanzi a eu de la chance», dit-il. «Elle devait être très ovulante, libérant de nombreux œufs dans un cycle.» Il ajoute que Nabatanzi aurait pu être aidée si elle avait vraiment voulu arrêter de produire, mais certaines personnes ne sont pas bien informées.

À la naissance de son enfant de quatre mois qui a accouché par césarienne en décembre dernier, dit-elle; «J’ai demandé au médecin de m’empêcher d’autres naissances et il a dit qu’il avait« coupé mon utérus de l’intérieur ». C’était mon seul accouchement par césarienne car j’étais encore affaibli par la maladie dont j’avais souffert lorsque j’ai essayé d’utiliser un stérilet. »

Kiggundu dit que c’était très probablement une ligature des trompes. “Avec la ligature des trompes, les tubes sont bouchés, une méthode de contraception permanente chez les femmes, mais elles continueraient d’avoir leurs règles”, explique le gynécologue.

Obstacles dans le mariage
Les 25 années de mariage de Nabatanzi ont été caractérisées par l’humiliation et la torture. «Mon mari m’a torturé d’innombrables fois. il bat à tout rompre lorsque j’essaie de le raisonner à propos d’un problème, surtout lorsqu’il rentre à la maison et qu’il boit. Il ne pourvoit pas aux besoins essentiels et au bien-être de la famille. les enfants savent à peine qui il est puisqu’il s’agit d’un père absent qui donne le nom de ses enfants au téléphone et non physiquement », dit-elle.

Charles Musisi, 23 ans, son fils aîné, dit que leur père a disparu et qu’ils ont grandi uniquement avec l’amour de leur mère.

«Je peux facilement vous dire que nos frères et soeurs ne savent pas à quoi ressemble un père. Je l’ai vu pour la dernière fois à l’âge de 13 ans et seulement brièvement dans la nuit parce qu’il s’est précipité à nouveau », dit-il, ajoutant qu’ils ne savaient pas le bonheur de vivre avec un père et qu’ils ne comptaient que sur leur mère, qui était leur mère à la fois. Et père.

Nabatanzi dit que son mari passe près d’un an sans rentrer à la maison et que quand il le fait, il s’introduit dans la maison tard dans la nuit et s’en va très tôt le matin.

«Je porte ces humiliations parce que ma tante m’a conseillé de toujours endurer le mariage et de placer mes enfants au centre de nos préoccupations. Elle m’a conseillé de ne pas produire d’enfants de différents hommes.

Le défi de l’éducation
Nabatanzi est optimiste quant à la scolarisation de ses enfants, ce que son père ne pourrait pas faire pour elle. Bien qu’elle ait abandonné ses études à l’école primaire, elle a réussi à éduquer ses enfants. L’un de ses premiers jumeaux est titulaire d’un certificat en sciences infirmières et l’autre en construction, bien qu’ils n’aient pas encore trouvé d’emploi.

Deux de ses autres enfants sont en sixième année, trois en cinquième année, quatre en primaire sept et quatre en première année. Les autres sont entre la classe de bébé et la sixième primaire.

«J’espère que mes enfants iront à l’école car ils ont tous de grandes ambitions d’être médecins, enseignants et avocats. Je veux qu’ils réalisent ces rêves, quelque chose que je n’ai pas pu faire. ” Nabatanzi n’a pas de jardin ni de terre à cultiver, elle doit donc acheter de la nourriture pour nourrir ses enfants et c’est sa plus grosse dépense.

«Tout est uniquement de ma poche; J’achète 10 kg de farine de maïs par jour, quatre kilogrammes de sucre par jour et trois barres de savon. Il me faut au moins 100 000 shs par jour pour que la famille soit prise en charge. Dieu a été bon pour moi car ils ne sont jamais passés un jour sans repas », dit-elle. Nabatanzi est en train de collecter de l’argent pour raccorder de l’eau courante qu’elle peut vendre car l’eau est un gros problème dans la région, avec un jerrycan coûtant 800 Shs.

David Kazimba, qui va chercher de l’eau, dit qu’il lui apporte 15 jerrycans d’eau par jour. «C’est une personne sociale que je connais depuis huit ans. C’est une femme travailleuse et attentionnée. Parfois, les gens se moquent d’elle à cause de ses nombreux enfants, mais elle les ignore tout simplement », dit-il.

Pour faire face à ses dépenses, Nabatanzi administre des herbes locales pour diverses maladies – ce qu’elle a fait depuis qu’elle est jeune fille – et effectue des travaux occasionnels tels que tresser les cheveux, décorer lors d’événements et coiffer les épouses.

«Je ne méprise aucun travail tant qu’il rapporte de l’argent. Je suis désolée de me sentir désolée, car je sais que ces enfants sont un cadeau de Dieu que je dois chérir, alors je fais de mon mieux pour me débrouiller.

L’inquiétude principale
Le fils de Nabatanzi, âgé de cinq ans, chez qui on a diagnostiqué un problème cardiaque tôt cette année l’inquiète, car elle doit dépenser 120 000 shillings par semaine pour lui acheter des médicaments. «En janvier, les médecins de l’hôpital Mulago m’ont conseillé de lever 35 millions de Shs en neuf mois pour l’emmener en Inde pour y subir une opération. Comme je n’ai pas encore cet argent, je lui achète des médicaments pour l’aider à faire face dans l’intervalle », dit-elle.

Nabatanzi trouve le réconfort chez ses enfants en tant que famille qu’elle n’a jamais eue en grandissant. «J’aimerais pouvoir obtenir un coup de main pour m’aider dans la scolarisation de mes enfants, qui est ma principale préoccupation. J’ai cessé de regarder mon mari pour quoi que ce soit. Je me concentre uniquement sur l’éducation de mes enfants et je suis déterminé à le faire », explique-t-elle.

Soins à domicile
Les enfants plus âgés aident avec leurs frères et soeurs et l’administration générale à domicile. «J’aime prendre soin de mes enfants moi-même. Mes enfants sont ma joie et je suis fier de les soigner. Je cuisine, lave et baigne avec facilité. Les enfants grandissent mieux avec l’amour et les soins d’une mère », dit-elle.

Santé.
Nabatanzi dit qu’elle accouche naturellement de ses enfants et qu’elle s’est toujours sentie bien après chaque accouchement jusqu’à sa récente naissance en césarienne, après quoi elle a commencé à avoir mal au dos après des travaux ménagers.

«Ma fille qui a étudié l’allaitement prenait soin de moi pendant la grossesse. Finalement, j’ai appris comment faire cela, alors je n’ai pas eu de difficultés ni de complications avec mes grossesses », explique-t-elle.

Mots clés
#fais divers , actualite Réactions en bas