2min
©
Image
Image

Côte d'Ivoire : Après la décision des juges de la CPI, le Président du Collectif des victimes «la CPI a démontré son incapacité à lutter contre l'impunité»

Les juges de la Cour pénale internationale ( CPI ) ont rendu leur verdict dans l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé.

Ils ont décidé l’acquittement et la libération immédiate de l’ancien Président ivoirien et de son ministre.

Face à cette décision, le Collectif des victimes de Côte d’Ivoire, (CVCI) présidé parIssiaka Diaby

Dans sa réaction, il n’a pas été du tout tendre avec la CPI qui a selon lui, « démontré son incapacité à lutter contre l’impunité en Côte d’Ivoire. »

«Sous reverse des voies de recours. Si je m’en tiens à ce qui s’est passé tout à l’heure, malheureusement la Cour pénale internationale vient de démontrer son incapacité à lutter contre l’impunité en Côte d’Ivoire et partout ailleurs dans le monde. En me référant à l’affaire Jean-Pierre Bemba et à garantir les normes de commission de crimes dans ce même contexte, »a-t-il déclaré.

Selon lui, les victimes ont le sentiment d’avoir été les dindons d’une farce judiciaire.

Issiaka Diaby s’interroge désormais sur la crédibilité de cette institution qui n’a pas rendu le verdict en faveur des victimes alors que hier, ils ont organisé un sit-in au siège de la CNDHCI pour attirer l’attention des responsables de cette institution sur une telle décision de la CPI.

«Quelle crédibilité pour une Cour pénale internationale qui ne peut pas faire manifester la vérité. Quelle crédibilité pour une Cour pénale internationale qui ne peut pas restaurer la dignité des victimes. Pourquoi une Cour pénale internationale ne peut pas lutter contre l’impunité doit elle exister encore dans ce monde ? A la fin nous pensons que la cour pénale internationale est un géant au pied d’argile, » a ajouté M. Diaby très amer.

Il a annoncé que les victimes pourront mener des actions après la réaction du Bureau du Procureur prévue demain matin.

«Nous attendons de voir. C’est vrai que la décision a été rendue, mais les deux accusés ne sont pas libérés automatiquement. On attend la réaction du procureur et de l’avocat des victimes. S’ils utilisent la voie de recours, peut être la décision sera suspendue. On ira à une juridiction supérieure. Maintenant s’ils n’ont pas réagi et qu’ils ont laissé tomber ça veut dire que la décision est acquise, »a insisté le Président CVCI.

M.Diaby appelle enfin les victimes au calme et leur demande de ne pas céder aux provocations même si leur douleur est très grande en ce moment. 

Mots clés
#politique Réactions en bas